Retraite : n’attendez pas demain pour préparer votre avenir




La retraite ! Sujet sensible et qui concerne l’ensemble des pays les plus développés dont le vieillissement de la population s’accélère au détriment de l’équilibre entre les « actifs » et les « inactifs ».

L’occasion, à l’approche de cette fin d’année, de faire le point sur les chiffres, perspectives et solutions pour mieux maîtriser votre avenir et prendre en mains votre propre épargne retraite.



Cartographie des retraités en France en 2021 : une pension moyenne de 1 393 euros net



Selon l’étude de la Drees pour l’INSEE, on comptait, fin 2019, 16,7 millions de retraités (+301 000) de droit direct dans l'Hexagone, c’est-à-dire hors pensions de réversion.

Les retraités français percevaient une pension moyenne de 1 503 euros brut par mois, soit 1 393 euros net. Ce montant a diminué de 1,1 % entre fin 2018 et fin 2019. Les pensions ont surtout été faiblement revalorisées et c’est une situation qui aujourd’hui perdure.

Il faut noter que le niveau de vie médian des retraités demeure légèrement supérieur à l’ensemble de la population.

Des écarts persistent entre le niveau de pensions des hommes et des femmes : les femmes touchent en moyenne 1 145 euros brut, alors que les hommes ont une pension moyenne de 1 924 euros. Le versement des pensions reste le premier poste de dépenses sociales, avec 327,9 milliards d’euros en 2019, soit 13,5 % du PIB de la France.

Au niveau de l’âge, les Français partent en retraite en moyenne à 62 ans et 2 mois. Cet âge est en net recul depuis 2010, année de la réforme qui a relevé l’âge légal de départ à la retraite de 60 ans à 62 ans et l’âge permettant de bénéficier du taux plein de 65 ans à 67 ans. Depuis cette réforme, l’âge moyen de départ à la retraite a reculé d’1 an et 8 mois.


Bientôt plus de retraités que de cotisants


Fort de ce constat, le système de répartition actuel inévitablement remis en cause.

On compte aujourd’hui 16 millions de retraités pour près de 28 millions d’actifs en France. Le ratio démographique (rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités) est donc de 1,7 à l’heure actuelle.

Attention, ce chiffre est toutefois variable si l’on regarde régime par régime, et il y en a 42 différents en France. Des disparités fortes existent selon les professions. Les professions agricoles, en perte d’attractivité, présentent notamment un très fort déséquilibre.

Globalement avec l’allongement de la durée de vie et l’inversion de la pyramide des âges, la tendance en France est clairement à la baisse avec l’arrivée à la retraite des générations issues du baby-boom. Les projections du Conseil d’orientation des retraites (COR) montrent que ce ratio va continuer à diminuer dans les prochaines décennies, avec le vieillissement de la population (1,5 actif pour un retraité en 2040, 1,3 en 2070).

Le système des retraites est basé sur la solidarité intergénérationnelle, selon laquelle les actifs financent les pensions des retraités.

Toutefois, avec l’allongement de leur durée d’étude et leurs difficultés d’insertion dans le marché du travail, les nouveaux actifs auront des carrières différentes.

Vaste est le défi pour notre système de retraite de tenir compte de ces évolutions de la société et de l’emploi et continuer à garantir que la solidarité joue aussi en faveur des générations futures.

La huitième édition du rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites (COR) sur les évolutions et les perspectives des retraites en France de juin 2021 en fait une analyse assez avancée.

À combien s'élève le taux de remplacement dans le système français ?


Le taux de remplacement varie suivant les régimes de retraite, les générations et les situations particulières. De plus, comme environ 2 nouveaux retraités sur 5 dépendent de plusieurs régimes, l'équation n'est pas simple.

Selon l'OCDE, en 2019, en France, le taux de remplacement d'un ancien salarié du privé qui percevait un salaire net moyen s'élevait à 68 % pour une carrière complète, contre 58 % en moyenne dans l'OCDE.

Selon la Drees, Le taux de remplacement moyen des anciens salariés et fonctionnaires nés en 1946 était d'environ 76 %. Pour leurs aînés de 1936, la moyenne était de 80 %.

Le taux de remplacement sera encore amené à baisser pour la plupart des catégories professionnelles.

Pour y remédier, il ne suffit pas d’attendre les réformes structurelles des différents régimes et les réflexions infinies sur les mesures si impopulaires à prendre telles que le report de l’âge légal de départ (62 ans aujourd’hui) ou l’allongement de la durée de cotisation nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein (les fameux trimestres nécessaires selon votre date de naissance !!!)

Des solutions existent pour anticiper et maîtriser votre avenir en devenant acteur de votre retraite et réaliser vos projets de vie : immobiliers locatifs, SCPI, assurance vie et surtout PER sont autant de solutions pour vous constituer une retraite supplémentaire individuelle et pour compléter vos futures pensions issues de votre retraite de base et votre retraite complémentaire.


Le Plan d’Épargne Retraite : une solution plus simple plus souple pour préparer sa retraite


Ce nouveau plan d'épargne issu de la loi Pacte vous permet de vous assurer un complément de revenus à la retraite. Pratique, il permet d’accueillir les produits existants (Perco, Perp, Article 83, Madelin) qui peuvent être regroupés sur ce nouveau contrat, sur lequel vous continuez à épargner via vos versements réguliers et à la périodicité que vous souhaitez. Il présente de nombreux avantages :

  • Une gestion individualisée, avec plusieurs types de gestion proposés selon votre profil d’épargnant et votre âge (horizon de retraite).

  • Un cadre fiscal favorable : le PER vous permet de déduire vos versements volontaires de vos revenus dans la limite des enveloppes dont vous bénéficiez et de votre tranche d’imposition.

  • Une épargne disponible ! Non le PER n’est pas bloqué jusqu’à votre retraite…

  • Vous avez la possibilité d’utiliser une partie de votre PER pour acquérir votre résidence principale ou en cas d’accidents de la vie (invalidité, liquidation judiciaire)

  • Vous pouvez débloquer votre épargne retraite en cas d’expiration des droits au chômage même non consécutive à une perte involontaire d’emploi (ce qui n’est pas le cas des autres contrats)

  • Et surtout, au moment de votre retraite vous pouvez utiliser votre épargne soit en rente viagère, soit en capital en une seule fois ou de manière fractionnée.

Ainsi, vous pilotez réellement vos revenus à la retraite selon vos besoins, votre situation familiale et votre santé…

En cas de décès cet argent n’est pas perdu, mais bien reversé à vos bénéficiaires. Le PER permet de bénéficier de la fiscalité avantageuse des contrats d’assurance vie en cas de décès avant 70 ans !

De nombreux produits existent sur le marché, les frais, la fiscalité, les types de gestion proposés, les rendements associés.

Pour faire le bon choix, n’hésitez pas à vous faire accompagner, le sujet est ardu et des conseils avertis recommandés. Pas sûr que seul l’argument de faibles frais d’entrée et un support au parcours simplifié sur le Web soit toujours le choix le plus malin …


S’appuyer sur un expert


Pour choisir le PER qui vous convient bien sûr mais aussi pour faire le point sur votre relevé de carrière, vos points, vos trimestres, pour faire l’estimation de votre pension de retraite des régimes obligatoires (de base et complémentaires), s’appuyer sur un expert est un levier essentiel.

En effet, cette démarche peut, en cas de carrière complexe, devenir un vrai casse-tête. La Cour des comptes a publié cet été son étude annuelle sur le profil des retraités en France, et épingle de son côté la Caisse nationale d’assurance-vieillesse (CNAV) pour ses erreurs de calcul. Elle pointe ainsi qu’un dossier sur six en 2020 contenait une erreur (16,4 %), contre un sur neuf en 2016. Les conséquences ne sont pas anodines pour les retraités lésés : en 2019, le manque à gagner médian était de 139 euros par an ! Sachant qu’une femme passe en moyenne 28 ans à la retraite l’erreur peut peser lourd…


Alors, n’attendez plus pour prendre votre avenir en mains et confiez ce travail à un expert qui saura vous orienter et vous conseiller sur les meilleures stratégies à mettre en œuvre pour votre retraite.


Valérie Magnan




15 vues0 commentaire